15. 11. 2022 à 19 h

Théâtre Janáček, NdB

Chef d’orchestre : Tomáš Netopil

Violon : Viktoria Mullova

Orchestre de la Suisse Romande

Acheter des billets

Dmitri Chostakovitch : Concerto pour violon et orchestre n° 1 en la mineur, op. 77

Leoš Janáček: Suite de l’opéra L’Affaire Makropoulos – première (arrangement de Tomáš Ille)

Modest Petrovich Moussorgski : Tableaux d’une exposition (instrumentation de Maurice Ravel)

Avec Sergueï Prokofiev, Dmitri Chostakovitch est l’un des compositeurs russes les plus remarquables du XXe siècle. Le Concerto pour violon et orchestre en la mineur s’inscrit dans la période de l’après-guerre, une période très difficile pour le compositeur, associée au nouveau déchaînement de Staline. Chostakovitch a composé le concerto en 1947-48 et il reflète les temps oppressifs et désespérés. La première de Concerto n’a pu avoir lieu qu’en 1955, avec le légendaire David Oistrakh dans la partie soliste. Cette œuvre exigeante sur le plan de l’interprétation est composée de manière très réfléchie et se rapproche des œuvres symphoniques du compositeur en termes de sonorité et de poids de la pensée.

Leoš Janáček n’a pas écrit beaucoup d’œuvres pour orchestre symphonique et concert. C’est peut-être la raison pour laquelle, après la mort du compositeur, des suites de ses opéras ont commencé à être écrites et jouées lors de concerts symphoniques. La première suite a été composée en 1937 par le chef d’orchestre Václav Talich, à partir de l’opéra Les aventures de la petite renarde rusée. La nouvelle Suite de L’Afffaire Makropoulos a été préparée par Tomáš Ille et sera présentée au concert en première mondiale.

En 1873, l’ami de Modest Petrovich Moussorgski, l’architecte et peintre Viktor Hartmann, meurt subitement. Tous les deux étaient des personnalités impressionantes de l’association artistique Mocná hrstka. En janvier 1874, à l’initiative de l’esthéticien et chef spirituel de la Mocná hrstka, Vladimir Vassilievitch Stasov, une exposition des dessins, aquarelles et maquettes de Hartmann est organisée à l’Académie des Arts de Saint-Pétersbourg. Moussorgski a également assisté à l’ouverture et est retourné dans les salles d’exposition à plusieurs reprises. Il a décidé d’honorer la mémoire de son ami en musique – d’où les Kartinky s vystavki, ou Tableaux de l’exposition. À l’origine un cycle pour piano, il a fait l’objet, après la mort du compositeur, de plusieurs adaptations instrumentales, dont la plus célèbre est celle de Maurice Ravel. Moussorgski a capturé les dix images de Hartmann dans dix miniatures contrastées et évocatrices, qui comptent parmi les œuvres les plus connues du compositeur.

Tips from the festival programme: