7. 11. 2022 à 19 h

Théâtre Mahen

Iva Bittová et Brno Contemporary Orchestra

Leoš Janáček –Zápisník zmizelého (Le Journal d’un disparu) (version instrumentée de Miloš Štědroň et Miloš Orson Štědroň)

Iva Bittová – Nezabudka (Inoubliable) pour voix masculine et féminine et piano Des miniatures de Janáček dans des arrangements contemporains par Miloš Štědroň

CONDUCTEUR: PAVEL ŠNAJDR

SOLISTES : JAROSLAV BŘEZINA (TÉNOR), IVA BITTOVÁ (ZEFKA), MARTIN PROKEŠ

Acheter des billets

L‘arrangement du Journal d’un disparu de Janáček a été préparé par Miloš Štědroň junior et senior à l’invitation de la maison d’édition Bärenreiter Praha. Il a été joué dans de nombreux festivals et enregistré par la Radio tchèque de Brno. L’arrangement utilise un ténor, une mezzo-soprano, 3 voix de femmes et un ensemble de chambre de 11 musiciens – flûte (piccolo), clarinette (clarinette basse), basson (contrebasson), trombone, célesta, harpe, violon, alto, violoncelle, contrebasse, timbales. Le texte musical de Janáček est préservé de manière cohérente et n’est que mis dans des couches de couleur.

 

Fuga pro klavír g moll ( La Fugue pour piano en sol mineur) a très probablement été écrite à l’automne 1879 pendant ses études à Leipzig. Bientôt, je sifflerai des fugues comme un perroquet – c’est ainsi que Janáček évalue, dans une lettre à Zdeňka, le fait qu’il soit obligé de produire davantage de fugues pour piano (qui ont supplanté la fugue pour orgue et sont ainsi devenues une pièce de concert fréquente). Les fugues étaient connues, mais seules trois d’entre elles ont été découvertes par hasard – lors de l’archivage de l’énorme collection Liber fugarum, que le prêtre Josef Chmeliček, ami de Janáček, rassemblait pendant toute sa vie. La collection est la propriété du monastère cistercien de Rein, en Autriche, auquel Chmeliček l’a léguée. Les trois fugues restantes ont été publiées en 2008 par Editio Janáček Brno. Après ses fugues d’étudiant, Janáček ne s’est jamais tourné vers la fugue, et sa seule composition polyphonique est la magistrale double passacaille Orgue solo de la Messe glagolitique.

In memoriam – nous ne possédons pas de manuscrit de cette miniature pour piano, seulement une estampe intitulée À la mémoire (Na památku) Leoš JanáčekCatalogue Janáček´s Works  (Simeone, Tyrrell, Němcová, Clarendon Press, Oxford 1997) la date de 1887. Il s’agit d’une miniature pour piano destinée à une collection commémorative pour Eliška Krásnohorská. Cette pièce est l’un des premiers exemples du style de Janáček – des accords au lieu de l’harmonie, une mélodie simple au bord de la banalité  » aliénée  » par des motives rythmiques d’accompagnement très rapide.

V tom brezovském poli (Dans ce champ de Brezová) – l’une des chansons préférées de Janáček, originaire de la région de Brezová, à la frontière entre la Moravie et la Slovaquie, où Janáček a beaucoup écrit et consacré une étude séparée à cette localité. Nous avons choisi la chanson pour le CD IVA BITTOVÁ CLASSIC de Iva Bittová (Supraphon, 1998).

Janáček a écrit la miniature Je t’attends ! le 5 août 1928 – une semaine avant sa mort – dans le Mémorial pour Kamila Stösslová à Hukvaldy. Le morceau de 12 mesures d’une véhémence presque dvorakienne n’est probablement qu’une esquisse, à laquelle le compositeur ajouterait l’habituelle couche contrastée « aliénante » s’il revenait à ce travail. L’ensemble du Mémorial a été publié avec des études et des commentaires d’accompagnement par Jarmila Procházková au Musée morave de Brno en 1994.

Janáček connaissait la danse Pilky de sa région natale et, en plus de la stylisation symphonique de la danse de Dvořák dans les Lašské tance, il revient en 1904 à la danse sous forme de stylisation pour piano. La miniature pour piano, conçue de manière virtuose, est une manifestation de l’ostinato et de l’accordage préférés de Janáček, qui ont remplacé l’harmonie. La figure d’ostinato rapproche la miniature, en termes de résultat sonore, de stylisations similaires du piano de danse de Béla Bartók.

Starodávný, Zbledla pani, zbledla, a été enregistré par Janáček dans son étude de 1901 intitulée O hudební stránce národních písní moravských (Sur la partie musicale des chansons populaires moraves). Janáček a décrit l’exemple, qu’il a noté sur deux lignes (la première en clé de violon avec chant et violon, la seconde en clé de basse avec basse), comme ancien de Lachie et a situé cet exemple et un autre comme des danses …de Těšínsko et de Skočov….

Enigme – c’est ainsi que nous avons qualifié le lieu mystérieux du dernier mouvement du deuxième quatuor à cordes Lettres intimes. Le mélodisme d’opérette, magistralement  » aliéné  » par le fond sonore, est venu à l’esprit du compositeur entre novembre 1927 et janvier 1928. Il se trouvait chez les Stössl à Písek du 2 au 4 novembre 1927, où il a probablement assisté avec Kamila à un spectacle de tournée de l’opérette Dolly de R. Benatzky (on ne retrouve pas ce schéma mélodique dans cette opérette, déjà marquée par l’inspiration jazz de l’époque). Janáček se trouvait encore à Písek chez les Stössl du 8 au 12 décembre 1927, lorsqu’il a prêté à Kamila le livre  Zdenka Fibicha milostný deník (Le journal d’amour de Zdenek Fibich) de Zdeněk Nejedlý. Le quatuor est alors formé du 29 janvier au 19 février 1928.

Krajcpolka – un arrangement d’une chanson populaire avec les paroles Bratr umřel, já sem zustál, já sem po něm boty dostál… (Mon frère est mort, je suis resté, j’ai reçu ses chaussures)… pour voix et piano. Le catalogue des œuvres de Janáček Janáček´s Works  situe la chanson entre 1908 et 1912.

La troisième partie de la symphonie originale en cinq mouvements Dunaj (Danube) (le catalogue Janáček´s Works  date le début du travail sur la symphonie vocale inachevée à 1923, après son retour de Bratislava). Un mouvement a été perdu, mais Ludvík Kundera l’a encore vu et a noté son incipit lorsqu’il a décrit la succession sur le bureau de Janáček à Hukvaldy. Janáček a repris cet Allegro rapide, interrompu deux fois par des ralentissements lyriques, de son avant-dernier opéra L’Affaire Makropoulos, où il devait être une vocalise de la chanteuse Emilia Marta. Le soprano aigu forme un arc gradatoire puissant. Ce mouvement est de facto le point culminant de la Symphonie du Danube.

Miloš Štědroň

Tips from the festival programme: