5. 11. 2022 à 11 h

Matinée de JAMU au Mémorial de Leoš Janáček

Acheter des billets

Alexandr Glazounov – Sélection de chansons et de romances

Leoš Janáček – Séletion de chansons (Moravská lidová poezie v písních, Ukvaldské písně – Poésie populaire morave en chansons, chansons Ukvald)

Leoš Janáček – Conte de fées pour violoncelle et piano

En son temps, Alexandre Glazounov était l’un des compositeurs russes les plus respectés. En plus de ses activités de compositeur, il était également un chef d’orchestre estimé et a longtemps dirigé le conservatoire de Saint-Pétersbourg. Bien qu’il soit mort seulement en 1936, il n’a jamais abandonné le langage musical du romantisme tardif. Bien qu’il soit principalement connu comme un compositeur d’œuvres symphoniques, il a également laissé une impressionnante œuvre de musique de chambre et de chansons.

Moravská lidová poezie v písních (Poésie populaire morave en chansons) est le plus vaste cycle de Leoš Janáček (1854-1928), contenant 53 chansons. Le compositeur y a travaillé entre 1892 et 1901, une période également associée à son travail sur l’opéra Jenůfa. Janáček s’intéressait vivement à la collecte de musique et de chansons folkloriques, environ à partir de l‘an 1888, l’apogée de cette activité tombant dans les années 1890, lorsque cet intérêt était étroitement lié à son travail de composition. Cependant, il est resté fidèle à la chanson populaire tout au long de sa vie. Il a également consacré de nombreuses années à des arrangements de chansons populaires pour le chant avec accompagnement au piano. Il les a expérimentés dans une certaine mesure et, par conséquent, ces chansons constituent une partie très distinctive de la production du compositeur. En 1892, l’éditeur Šolc a publié une deuxième édition du Bouquet de chansons populaires moraves (Kytice z národních písní moravských), qui a été « tissé » par František Bartoš et Lev Janáček. À cette occasion, l’éditeur a demandé à Janáček s’il voulait ajouter un accompagnement au piano aux chansons. Janáček l’a fait pour les quinze chansons que Šolc a publiées dans le premier livret en 1893. Le deuxième livret n’a pas été publié avant 1902, date à laquelle l’éditeur a publié les 38 chansons restantes. Elles ont été publiées toutes ensemble sous le titre Moravská lidová poezie v písních (Poésie populaire morave en chansons) seulement en 1908. Les chansons (et seulement quatre d’entre elles) ont été présentées pour la première fois à Brno en 1904. Le cycle n’a probablement pas été exécuté dans son intégralité du vivant du compositeur.

L’inspiration pour le Conte de fées pour violoncelle et piano de Janáček était le conte de fées de Vassily Andreyevich Zhukovsky « Skazka o care Berendeje, o syne jego Ivane tsareviche, o chitrostjach Koschei bezsmertnogo i o premudrosti Marja tsarevny, Koschei docheri ». Ce n’est ni la première ni la dernière fois que Janáček se tourne vers un thème russe. Le 10 février 1910, Janáček a achevé la première version de l’Histoire de la promesse irréfléchie du tsar, qui lui a fait perdre son unique enfant. L’autographe contient trois mouvements. Le conte a été interprété le 13 mars 1910 dans le cadre de la Sixième leçon de sonate à l’école d’orgue de Brno. Par la suite, Janáček a arrangé la pièce en quatre parties et l’a fait exécuter le 12 mars 1912. La troisième version a été publiée sous forme imprimée en 1923. La nature de la pièce suggère que Janáček l’a composée pendant des années d’un certain désespoir et de solitude.

Jiří Zahrádka

Tips from the festival programme:

25 % DE RÉDUCTION POUR L’ACHAT DE 3 SPECTACLES OU PLUS, 30 % DE RÉDUCTION POUR L’ACHAT DE 5 SPECTACLES OU PLUS.