13. 11. 2022 à 19 h

Théâtre Janáček, Théâtre national de Brno (NdB)

Auteur: Leoš Janáček

Chef d’orchestre: Tomáš Netopil

Mise en scène: Tatjana Gürbaca

Grand Théâtre de Genève

Orchestre de la Suisse Romande

Acheter des billets

1er acte
Le jeune enseignant Kudryas admire la vue sur le vaste paysage et la rivière Volga. Le paisible après-midi est perturbé par l’apparition furieuse du marchand Dikoy et de son neveu Boris. Kudryas se demande pourquoi Boris supporte toujours la grossièreté. Boris admet qu’il est malheureux à Kalinovo, mais il n’a pas d’autre choix. S’il veut obtenir l’héritage de sa grand-mère pour lui et sa sœur, selon ses dernières volontés il doit vivre avec son oncle et endurer toutes les difficultés jusqu’à ce que lui et sa sœur atteignent leur majorité. Son malheur est aggravé par son amour désespéré pour une femme mariée – Katerina Kabanova. Katja n’est pas non plus heureuse dans son mariage. Elle a grandi dans une famille aimante et a maintenant un mari faible et ivrogne et une belle-mère despotique qui dirige la famille sans pitié et déteste Katja parce qu’elle est jalouse de l’amour que lui porte Tikhon. Elle ordonne maintenant à son fils de se rendre au marché de Kazan aujourd’hui, et lui reproche son manque d’amour filial et d’obéissance.

Après le dîner chez les Kabanovs. Katja et Varvara brodent et Katja se rappelle les jours heureux de sa jeunesse. Katja avoue qu’elle est secrètement tombée amoureuse, et l’imprudente Varvara se propose comme médiatrice. Tikhon vient dire au revoir à sa femme. Katja le supplie de l’emmener avec lui, ou au moins de la lier par un serment. Tikhon ne comprend pas et refuse. Kabanicha supervise leur séparation, et sur son ordre, Tichon humilie Katja avec une réprimande indigne.

 

2e acte
Kabanicha reproche à Katya de ne pas montrer assez de chagrin pour le départ de Tikhon. Varvara apporte la clé de la porte du jardin, qu’elle a prise à Kabanicha pour pouvoir se rendre à ses réunions avec Kudriyas. Katja résiste, mais accepte finalement la clé. Le Dikoy ivre s’approche de Kabanicha et lui demande sa faveur. Dans un ravin derrière le jardin des Kabanovs, Varvara et Kudriyas se rencontrent. À l’invitation de Varvara, Boris vient également. Katja tente de surmonter son désir pour Boris, mais finit par tomber dans ses bras.

3e acte
Un violent orage s’est abattu sur la ville. Les gens cherchent refuge dans un monastère à moitié détruit et brûlé. Kudryas saisit l’occasion pour essayer d’amener le Dikoy à soutenir son idée d’introduire des paratonnerres dans la ville. Cependant, pour Dikoy, la tempête est un signe de la colère divine, et il détourne l’explication de Kudryas par des malédictions. Varvara cherche Boris. Elle lui dit que depuis que Tikhon est rentré, Katja se comporte comme une folle. Les Kabanovs cherchent aussi refuge dans les ruines. Katja, terrifiée par la tempête, avoue devant tout le monde son infidélité avec Boris. La Kabanicha triomphe. Tikhon veut pardonner à Katja, mais elle s’enfuit.

Équipe de mise en scène:

Mise en scène: Tatjana Gürbaca

Scène: Henrik Ahr

Conception de l’éclairageStefan Bolliger

Costumes: Barbara Drosihn

 

Distribution des rôles:

Katya Kabanova: Corinne Winters

Tichon Ivanych Kabanov: Magnus Vigilius

Savjol Prokofievich Dikoy: Tomas Tomasson

Boris Grigorievich: Aleš Briscein

Marfa Ignatievna Kabanova: Elena Zhidkova

Vanya Kudryash: Sam Furness

Varvara: Ena Pongrac

Kuligin:  Vladimir Kazakov

Glaša: Mi Young Kim

Fekluša: Céline Kot

Une femme du peuple: Mi Young Kim

Un homme: Céline Kot

Pour la toute première fois, le festival Janáček Brno accueillera l’ensemble du Grand Théâtre de Genève, un théâtre à la longue et riche tradition. Avec eux, dans une toute nouvelle production, sera présentée la metteuse en scène allemande Tatjana Gürbaca, qui est l’une des personnalités incontournables du monde de l’opéra depuis dix ans. Parmi les temps forts de sa carrière, citons Der Ring des Nibelungen de Wagner pour Theater an der Wien (2017) et Parsifal pour Opera Vlaanderen. Ce n’est pas la première fois que cette directrice à l’écriture raffinée rencontre l’opéra tchèque ; en 2020, elle mettra en scène Rusalka de Dvořák à l’English National Opera, et avec la compagnie genevoise, elle prépare Jenůfa de Janáček, coproduit avec le Deutsche Oper am Rhein, pour le printemps 2022. L’un des meilleurs chefs d’orchestre tchèques contemporains, Tomáš Netopil, qui s’est déjà produit au festival en 2018 avec L’Affaire Makropoulos de Janáček, en assurera la direction musicale. Katja Kabanova sera interprétée par l’excellent orchestre symphonique suisse Orchestre de la Suisse Romande, qui collabore régulièrement avec l’Opéra de Genève. Avec la production pragoise de Katja Kabanova de Bieito, le public du festival va vivre une autre expérience extraordinaire avec ce magnifique opéra.

Il n’y avait rien de traditionnel dans la vie créative de Janáček, il n’est donc pas surprenant qu’il n’ait commencé à penser au premier de ses quatre chefs-d’œuvre qu’à l’approche de l’âge mûr de soixante-cinq ans. Les circonstances étaient plus que favorables. Grâce aux représentations de Jenůfa à Prague et à Vienne, il a enfin reçu la reconnaissance qu’il méritait non seulement dans son pays mais aussi sur la scène internationale. Et une nouvelle femme entre dans sa vie – lors d’un séjour estival à Luhačovice en 1917, il rencontre Kamila Stösslová, une belle dame qui deviendra une source d’inspiration incessante jusqu’à sa mort. Cette fois, sa recherche d’un sujet pour un nouvel opéra l’a conduit à la littérature russe et il n’est pas surprenant qu’il ait été attiré par l’histoire de Katja Kabanova, l’héroïne de la pièce La Tempête d’Alexandre Nikolaïevitch Ostrovski.

Il revient ainsi aux grands personnages féminins et à leurs destins tragiques, qu’il avait déjà dépeints de manière magistrale dans Jenůfa et Le destin. Après son expérience malheureuse avec les librettistes lors de la création des Excursions de Monsieur Brouček, il décide de préparer lui-même le livret à partir de la traduction tchèque de la pièce, ce qui s’avère être un succès auprès de Jenůfa. Il a considérablement raccourci et réduit le nombre de personnages de la vaste pièce, qui traitait en grande partie de la politique et de la décadence morale de la société russe du milieu du XIXe siècle. Le point central est devenu le mariage malheureux de Katja, qui s’échappe dans un monde de fantaisie, conduite à une fin tragique par l’hypocrisie et la pression sociale. En conséquence, Janáček a créé un drame très intime qui met en contraste deux mondes – le monde rêveur de Katja et le monde rude et dur de Kabanicha et du faible Tikhon, avec seulement des aperçus occasionnels de l’optimisme et de la gaieté irrépressibles de la jeune Varvara.

Après la péripétie de Prague avec la représentation des Excursions de Monsieur Brouček, Janáček décide de commander la première au Théâtre national de Brno. Katja Kabanova a été jouée pour la première fois le 23 novembre 1921 au théâtre Na hradbách (l’actuel théâtre Mahen) et a connu un succès extraordinaire, suivi un an plus tard par des représentations à Prague et à l’étranger. Il est revenu à son opéra quelques années plus tard pour des raisons tout à fait pratiques : pour que les différentes scènes des actes 1 et 2 puissent s’enchaîner sans heurts, il fallait de la musique pour la reconstruction. La musique a été jouée pour la première fois en 1928. Par coïncidence, la représentation de Katja Kabanova fut la dernière œuvre que le compositeur vit sur scène avant sa mort inattendue en août 1928.

Patricie Částková

Tips from the festival programme: